Donnons l'impulsion au progrès

Donnons l'impulsion au progrès

EDF Pulse

Donnons l'impulsion au progrès

Bienvenue

Le progrès, par définition, c’est avancer, aller de l’avant. Mais demain sera-t-il synonyme de meilleur ? Pour éclairer l’avenir, EDF Pulse vous invite à un passionnant tour d’horizon du progrès sous toutes ses formes. Bon voyage dans le monde de demain !

Pour en savoir plus

#Environnement

Comme un piano sur une rivière

Comme un piano sur une rivière

Quel est le point commun entre un piano et un barrage de rivière ? Réponse : le clavier. Ce n’est pas encore très clair ? Explications.

A quoi sert un évacuateur de crue ?

Tous les castors le savent : un barrage ne fait pas que bloquer l’eau, il la laisse passer aussi. Les humains, eux, ont appris à créer de l’énergie hydroélectrique du même coup. Mais, parfois, le bâtiment est mis en danger par de soudaines crues, comme les crues dites « millénales », qui apparaissent en moyenne tous les mille ans. C’est là que les dispositifs « d’évacuateurs de crues » deviennent primordiaux pour laisser couler un maximum de liquide et éviter que la pression inhabituelle ne brise le barrage.

À Malarce, en Ardèche, le dispositif permet d'évacuer jusqu'à 4 600 m3 d'eau par seconde. Pour mémoire, la crue la plus importante connue à ce jour date du 21 septembre 1980, avec un débit de 2 700 m3 d'eau par seconde.

Ce nom étrange ne provient pas d’un son cristallin des chutes d’eau, mais de sa forme

Un torrent musical ?

Dans le cadre de l’amélioration de la sécurité des édifices, EDF révise les débits auxquels les barrages doivent faire face et modifie si nécessaire les évacuateurs de crues. C’est le cas à Malarce où il a donc fallu rajouter un dispositif complémentaire « en touche de piano ».

Ce nom étrange ne provient pas du son cristallin des chutes d’eau, mais de la forme de l’ajout : comme une succession de touches, de plis et de replis, il permet de multiplier la longueur de mur par-dessus lequel l’eau va passer. « C’est en fait comme un tremplin de baignoire qu’on a replié sur lui-même comme un accordéon », déclare un ingénieur qui a travaillé sur l’ouvrage : « Au lieu de 40 mètres de longueur, l’eau va passer par-dessus 350 mètres de mur ». En définitive, il permet de passer de 4 000 à 4 600 m3 d'eau par seconde.

EDF récidive dans l’innovation technique, puisque l’entreprise a été la première à installer un tel dispositif en France en 2005-2006. Malarce est le 6e du genre. Une solution efficace, respectueuse de l’environnement et plutôt esthétique, ce qui ne gâche rien à l’affaire.

#Environnement